Fake news, n’est-ce qu’un début ?

La guerre aux fake news fait rage partout dans le monde. A l’heure où la liberté d’expression se voit muselée et où les nouvelles technologies de l’information nous amènent à douter de tout, qu’en résultera-t-il dans les années qui viennent si des mesures ne sont pas prises ?

Ces deux articles relayés dans le courrier international du 23 au 29 août 2018, ont été publiés successivement par The Atlantic » de Washington le 15 mai 2018 et par The washington Post du 22 février 2018. Ils dressent un tableau des dérives présentes et à venir dues à la manipulation de l’information si nous n’intervenons pas.

Une histoire de propagandes où les vainqueurs écrivent l’histoire. Mais qu’en est-il dans un monde où les fondements même de la Vie n’existe plus ?

Par Laurent Fendt

2 COMMENTAIRES
  • Hans / 19 octobre 2018

    Bravo Laurent Fendt ! Merci !

  • Serge Marchon / 5 novembre 2018

    Bonjour Laurent, intéressant partage informatif.
    Perso, si je souscris à la proposition pour une éthique intelligente (dans le sens qu’elle connaît la technologie autour de laquelle elle se propose de refléchir, voire de réglementer) je crois surtout qu’à notre niveau personnel il faut peut-être se dégager de ces »flows » et se recentrer sur un « univers » à notre mesure dont on peut appréhender les contours et avec lequel on interagit vraiment.
    Dois-je absolument me responsabiliser à propos d’une problématique sur laquelle je n’ai aucune prise ? La puissance de mon engagement dans cette humanité ne s’exprime-t-elle pas complètement quand je reprends le « contrôle » de moi-même, dégagé/guéri des filtres déformants dus à mon histoire personnelle et transgénérationnelle, en prenant ma responsabilité dans mes agissements avec mon entourage, ma compagne, mon voisin, le/la passante avec lequel/laquelle j’échange un regard/sourir qui fera TOUTE la différence dans son/mon instant présent.
    Si les filtres avec lesquels j’aborde mon monde ont été peu à peu épurés, j’ai la conviction qu’il sauront faire le tri entre « le bon grain et l’ivraie » du business de l’infotainment, surtout quand je ne préoccuperai que de ce par quoi je suis vraiment/personnellement concerné.
    Je ne reste pas moins intéressé par les contenus de médias tels que « HYM.media » merci pour ton travail, Laurent.

    Meilleures salutations électroniques à toutes et tous.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

X