Claudia Pattée

Derrière le voile de l’illusion.

Claudia Pattée a aujourd’hui 47 ans, mère de trois enfants et travaille à son propre compte. Femme autonome et indépendante, sa vie s’est développée autour de la relation avec les hommes.
C’est au travers de schémas répétitifs en liens à ces derniers, que Claudia va devoir prendre conscience de sa demande d’amour envers elle-même. Jusqu’à quand doit-on se nier pour devoir opérer les changements nécessaire à un plus grand épanouissement ?
Jusqu’où le non-amour de Soi doit se rendre pour que Claudia accepte de s’aimer plus pleinement ?

Pour son cas, elle devra passer par une épreuve initiatique extrême et c’est une épiphanie qui lui sera révélée…

 

Pour contacter Claudia Pattée :
Son email : claudiapattee@gmail.com
Sa page Facebook

Interview en 2 parties :

1ère partie –

2ème partie –

 

Par Laurent Fendt

5 COMMENTAIRES
  • Samia / 21 juin 2020

    Témoignage, clair, riche et bien expliqué.
    Etant intéressée par l’hypnose, j’irais vers Claudia un jour prochain.
    Merci à vous deux.
    Samia

  • Gina BRIAND / 22 juin 2020

    Merci à Laurent pour ces vidéos toujours intéressantes depuis nombre d’années. Merci aussi à Claudia pour son partage qui m’a bien parlé et aidé à la compréhension de nos parcours de vie. Je pense qu’ une séance d’hypnose pourrait m’aider à m’expliquer.

  • claudie berthet / 2 juillet 2020

    Merci à vous deux , Claudia et Laurent , pour ce témoignage prenant et si enrichissant ! les mémoires des vies antérieures dirigent nos vies longtemps et tapent à la porte jusqu’à la libération par l’amour inconditionnel !!

  • Stephane T / 12 août 2020

    Merci pour ce partage de parcours de vie;
    j’ai bien aime ressentir au début de l’entretien la personnalité de Claudia un peu austère, sec et contenu superficiellement, témoignant de son vecu mais aussi révélatrice de sa droiture et de sa potentialité d’ouverture de coeur (il faut dire que j’ai ecoute une bonne partie en podcast dans ma voiture avec le son sans image) : on peut retrouver une partie de son propre temperament dans le cote « vierge » perfectionniste en quete de l’expression d’une profonde generosité qu’elle recèle interieurement :
    des le milieu de la premiere partie, on sait qu’au vue du theme de l’emission, on va certainement etre surpris dans ce que Claudia va nous raconter par la suite.

    Claudia nous parle de moments et lieux paradisiaques en debut de 2 eme video et Laurent repond en faisant allusion a l’etoile dans le ciel qui est le guide, ce qui me rappel ma lecture de la veille, qui parle notamment des racines communes grecques et/ou hebraiques, entre les mots tete, intelligence, cavalier et cheval (Kephale, kube kabbalus) d’une part, cabale qui renvoie a la tradition et dont le mot grecque paradosis est tres proche de paradeisos signifiant paradis (beau jardin) d’autre part , ou encore l’anagramme qui existerait dans la transliterration hebraique entre cavalier (qui guide son coursier) (SPRSch) et etoile du matin (SchPR) etc…

    Je retrouve aussi dans le parcours de Claudia, ce cycle de déchirures amoureuses , d’union/désunions, d’infidelite et de haine dans le roman alchimique que je suis en train de terminé « L ‘ange a la fenetre de l’Occident » mettant en scene un lointain descendant (et reincarnation) de John Dee qui tente de continuer et comprendre son « histoire », partagé entre l’amour d’une « Jane » pure et authentique, et le sentiment d’attirance, de respect puis de haine que suscite une autre féminité , une princesse qui symbolise Isais la seductrice ou tentatrice, qui elle tente de recuperer un artefact qui son tresor transgénérationnel puisqu’elle les collectionne, (qui correspond a la memoire ? et ressemble au bout de la fleche qui a perce le christ )… Il finit par comprendre que plus il cherchait sa Jane , plus il ecoutait l’espoir et les promesses interminables de l' »Ange vert » que son ami invoquait, plus il amenait en faite Isais au devant de son parcours, qui se nourrit des desirs et de la haine (sentiment de dépossessioon lorsqu’on rate sa cible). Cela rejoint les symboles en astrologie de la Licorne : son désir de se realiser singulierement, qui doit passer par ce qui est innaccomplit , sa face voilée : l’affrontement a la lilith , la lune noire, qui demande la plupart du temps de passer par les etapes d’epuisement des desirs et d’oublie pour retrouver le mariage feminin masculin interieur et la co-naissance de soi.

    On retrouve dans ce parcours similaire et ce personnage la meme determination que Claudia, malgré la « loi » des erreurs répétées pour retrouver sa voie. Claudia nous dévoile une partie de ses ombres qui deviennent lumieres ,expreriences innattendues, emerveillement veritable, comme la vie qui redonne une autre vie a la mort dans la graine qui germe. Et meme sans cela le simple partage de ses noires experiences qui nous dépassent, m’apportent un sentiment qui va au dela de la compassion, comme un partage de la souffrance tout proportion gardée pour une meilleure… assise et conscience de notre degré de liberté dans le moment présent.
    Hier je lisais « le mot eDeN porte le sens de base, piedestal, soubassement, or cette signification est aussi celle du mot grec Hermes , Dieu de l’ecriture des arts et de la science… » et sans doute avant tout , celui de l’ecoute.
    Drole de synchronicités ses lectures …. et un témoignage qui est mieux qu’un espoir puisque cela EST (vécu) .
    J’exprime ma gratitude a Claudia et lui souhaite un beau chemin

    • Stephane T / 12 août 2020

      je retire le mot sec ! plutot gauche de ma part, Claudia montre plutot du sang froid et de la retenue (comment aurait elle pu traverser ce parcours autrement …. ) que j’associe au contexte de la description d’un parcours singulier, on sent bien que ce n’est qu’une facette de sa personnalité.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.